Bonjour!

Je vous retrouve pour une nouvelle session interview et Oh Mon Dieu! Oh mon Dieu! Emma M. Green a accepté de m'en accorder une ;) Enfin elles ont accepté lol Je suis toute chose ;)

 

interview emma

Bonjour ! Merci d’avoir accepté de répondre à mes petites questions afin que les lecteurs ( et moi-même) puissions apprendre à vous connaitre.

 

Votre nom ?

Emma M. Green, un seul pseudonyme pour deux auteures… Du coup, il nous arrive de nous faire surnommer Em & Ma. ;)

Nos vrais prénoms ? Secrets…

Votre dernière publication en date ?

Corps Impatients, aux Editions Addictives. Le spin-off, Corps Insoumis, sortira avant l’été.

Votre bibliographie ?

En ce début d’année 2017, nous comptons 17 romans à notre actif : Cent facettes de Mr. Diamonds (en 2 tomes), Toi + Moi (en 3 tomes), Call me Baby (en 2 tomes) et sa suite Call me Bitch, Love me if you can et sa suite Kiss me if you can, Bliss : Le faux journal d’une vraie romantique (en 2 tomes), Jeux Interdits et sa suite Jeux Insolents, Fallait pas me chercher (en 2 tomes) et Corps Impatients.

Auteur préféré ?

Un étrange et savant mélange de Jane Austen, Stephen King, Colleen Hoover et Jojo Moyes. Mais la liste est encore longue…

Style de lecture préférée ?

Romances et polars ! Il nous faut de l’amour, de l’aventure et du suspense… et ce sont aussi les trois ingrédients qu’on essaie de distiller dans nos romans.

Vous trouvez votre inspiration dans ?

Principalement les romans qu’on lit… Et les séries télé, auxquelles on est accroc ! Scandal, Six Feet Under, The Good Wife, Shameless, Gilmore Girls, Homeland, How to get away with murder, House of Cards, pour ne citer qu’elles.

Couleur préférée ?

Quelque part entre le bleu pétrole et le vert d’eau, toujours un mélange de profondeur et de légèreté !

Une odeur ?

La fleur d’oranger ! C’est doux, subtil, sucré, ça appelle au voyage et à la sensualité !

Préférence pour vos personnages principaux : féminins ou masculins ?

Forcément, on s’identifie d’avantage à nos héroïnes… Au moment de l’écriture, on essaie de les rendre aussi réalistes et complexes que possible pour que chaque lectrice puisse aussi s’y retrouver. Mais une fois le roman refermé, ce sont souvent nos héros masculins qui nous manquent le plus. Dernièrement, on s’est beaucoup attachées à Tristan Quinn et Nils Eriksen. Difficile de les abandonner !

Sucré ou salé ?

On ne va sans doute pas être très originales en répondant « sucré-salé ». Mais tant pis, on aime les nuances, les contrastes, le mélange des genres !

Hiver ou été ?

On a le droit de répondre automne ? On adore cette saison où le temps change tous les jours, ses couleurs chaudes, son ambiance feutrée, un peu mélancolique. On se retrouve tous un peu nostalgiques de l’été qui vient de s’achever mais aussi excités par la rentrée, curieux de ce que la nouvelle année va bien pouvoir nous apporter… L’automne, c’est doux et mystérieux, beau et un peu inquiétant, tellement propice au romantisme !

Depuis quand écrivez-vous ?

Depuis toujours si on compte nos recueils de poème et nos journaux intimes d’adolescentes… Mais depuis 2013 aux Editions Addictives, qui ont publié notre premier roman sous le pseudo d’Emma Green. On a une chance inouïe de pouvoir vivre de l’écriture depuis plus de quatre ans, pourvu que ça dure !

Boissons plates ou à bulles ?

Des bulles ! Il faut que la vie pétille. On est deux droguées du Coca light et du Perrier citron… et pas contre une coupe de champagne à l’occasion ! Ou deux. Ou trois. Ou…

Soir ou matin ?

Définitivement le soir. On le fait toute la journée mais c’est notre moment préféré pour écrire. Quand il fait noir, que toute la vraie vie est endormie et que notre univers imaginaire peut s’animer sur le papier. La nuit, c’est comme une nouvelle page blanche. Et c’est assez magique d’avoir l’imagination juste au bout des doigts, de pouvoir créer des gens, des lieux, des sentiments rien qu’en écrivant…  Tout ça, c’est dans la nuit et le silence qu’on le fait le mieux.

Pour écrire vos aventures, cahier et stylo ou ordinateur ?

On prend tout le temps des notes, sur des carnets, des post-it, et même nos poignets. Mais c’est à l’ordinateur qu’on écrit. Vu le temps qu’on passe sur une phrase et une seule, ça fait quand même moins de ratures.

Pour vos lectures : auteurs francophones ou étrangers ?

Nos bibliothèques sont plutôt remplies d’auteurs américains, mais vous y trouverez aussi des bouquins d’Amélie Nothomb, Fred Vargas, Katherine Pancol, Anna Gavalda. Et bien sûr les grands classiques de Zola, Hugo, Stendhal, Flaubert, Boris Vian, George Sand, Albert Cohen…

Mer ou montagne ?

La mer ! Ou plutôt l’océan. On voue un amour démesuré au bruit des vagues, à l’écume, aux rochers battus par les vents marins, aux bateaux qui passent au loin, aux nuances de verts et de bleus. C’est tellement profond, tellement puissant ! « Em’ » est capable de se baigner dans l’Atlantique à n’importe quelle période de l’année. Et « Ma » peut rester plantée des heures à scruter l’horizon, juste pour savoir où commence le ciel et où s’arrête la mer.

Un endroit particulier plus propice à l’écriture ?

N’importe où, tant que c’est près d’une fenêtre. Pour écrire et rêvasser en même temps.

Ce n’est pas un secret, vous écrivez à quatre mains. Alors pour accorder vos violons : email, téléphone, fichiers partagés, rencontre autour d’un thé ?

Un peu tout ça à la fois ! On s’envoie des pavés par textos, des emails interminables, et surtout on passe de longues journées et d’encore plus longues soirées à travailler ensemble. C’est indispensable pour être sur la même longueur d’ondes et fondre nos styles. On a deux objectifs : que ni nos éditrices ni nos lectrices ne puissent sentir la différence d’écriture.

Et d’ailleurs, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre rencontre ?

Il y a une dizaine d’années, sur les bancs de l’école de journalisme. A l’époque, on écrivait déjà (mais des articles plutôt que des romans) et on formait déjà un binôme du tonnerre pour partir en reportage et se serrer les coudes à notre entrée dans le monde du travail. Ecrire ensemble nous a semblé une évidence quand on a eu l’opportunité de travailler pour les Editions Addictives.

Cinéma ou télévision ?

Tout à la fois ! Et sans oublier Netflix ! Pour pouvoir regarder des films chez soi et ne pas rater une seule série télé, dès sa sortie aux Etats-Unis.

Si vous étiez un personnage féminin de roman ?

La fille qu’auraient eu ensemble Bridget Jones, Elizabeth Bennet (de Jane Austen) et Nana de Zola. Une femme drôle, courageuse, romantique. Capable de passion et d’autodérision. Et féministe, bien entendu !

Des conditions particulières pour écrire ?

Pas vraiment : du silence, du café si on est le matin, nos PC et quelques carrés de chocolat pas trop loin…

Fée ou Sirène ?

Ni l’un ni l’autre, on aime les femmes bien ancrées dans la réalité, qui savent rêver mais en gardant les pieds sur terre. Si on doit ajouter un peu de magie, on dirait plutôt « apprentie sorcière » !

Lutin ou Extra-terrestre ?

Une espèce hybride, fruit de l’amour interdit entre une lutine rebelle et un extra-terrestre au passé douloureux. (rires)

Avez-vous un personnage préféré dans votre dernier roman ?

Finn, alias Professeur McLove, parce qu’il est profondément humain... et terriblement sexy.

Et si l’on prend en compte tous vos romans ?

Le duel risque d’être rude entre Tristan, Nils, Vadim, Jude… Entre tous nos héros, en fait. ;-)

Vous êtes-vous inspirées de quelqu’un pour le personnage de Thelma ?

Oui, Thelma a quelque chose de Fiona, la formidable héroïne de Shameless (une série télé aussi trash que tendre…).

 

Et pour celui de Finn ?

Finn est un mélange complexe et infini de tous les hommes dont on aurait pu tomber amoureuses… 

Et puisque pour le moment, moi c’est mon préféré, celui de Nils ne pouvait pas couper à la question : quelqu’un vous l’a-t-il inspiré ?

June Moore a crée notre Viking, dans son roman Etreinte. Elle en a fait un personnage secondaire, on a eu un coup de cœur et décidé d’en faire le héros de Fallait Pas Me Chercher. Ou plutôt, un anti-héros attachant, imprévisible, indéchiffrable. Un Viking rustre aux mauvaises manières et au grand cœur.

Et une petite dernière pour la route : Un projet en cours ?

Oui, Corps Insoumis ! Un road trip plein de surprises, à la fois drôle et sombre, tendre et sexy, entre deux personnages dont les chemins n’auraient jamais dû se croiser.

 

Merci pour votre participation et en espérant lire bientôt votre prochain bébé !

Merci à vous de nous lire… et à toutes les Greenies de nous être si fidèles !

 

Et voilà, pour une nouvelle rencontre! J'espère qu'elle vous aura autant plu qu'à moi ;)

Je vous retrouve très vite!